Géolocalisation s’il vous Plyce!

Je vous propose une petite présentation de Plyce, le nouveau réseau social basé sur de la géolocalisation. Je m’appuierai sur quelques comparaisons avec Foursquare le concurrent naturel direct de cette application.

Le premier point sur lequel je voudrais mettre le doigt est la paternité de ces deux applications.

Foursquare a été créé à New York en 2009 Dennis Crowley, Naveen Selvadurai, Harry Heymann, Nathan Folkman et Mike Singletonau. L’application met l’accent sur le jeu et la compétition des utilisateurs. La collecte des médailles, le cumul des points et les guérillas pour devenir « mayor » forment l’essentiel de l’application. Les créateurs ont misé sur une utilisation ludique et partagée de la géolocalisation avec une dimension réseau social qui se résume au tweet et « facebookage » de la position en temps réel.

Plyce est née cette année à Paris, fondée par Martin Destagnol. C’est assez important pour être signalé car cela signifie que Plyce se place en concurrent Français et plus largement Européen de Foursquare. L’équipe ne cache d’ailleurs pas ses ambitions en voulant être leader européen de la géolocalisation mobile en 3 ans.

Un réseau social et plus si affinités…

image promotionelle du réseau social PlyceC’est la dimension « réseau » que les créateurs de Plyce ont choisi de mettre en avant. Le site annonce en effet que Plyce va « connecter les gens qui sont près les uns des autres ». C’est l’argument principal: la rencontre des personnes. L’observation prend toute sa saveur lorsque l’on sait que l’un des principaux financeurs* de l’aventure n’est autre que Marc Simoncini le grand monsieur de Meetic, PDG et fondateur dudit site. Difficile à partir de là de ne pas imaginer une dérive de l’application vers une nouvelle manière de rencontrer et de créer du relationnel. Et si mes élucubrations hypothétiques ne vous suffisent pas, allez donc jeter un coup d’œil sur la charte graphique de l’application et les choix photographiques du site officiel de l’application. Noir chic, orange tamisé et jolies fille en robes se partage une affiche bien plus glamour que celle de Foursquare… Si l’application ne prend pas, on peut imaginer les transformations opérables avec le temps…

Plyce vous permettre d’interagir directement avec vos contacts. Un de vos amis se connecte dans un lieu qui vous est familier, vous pouvez commenter cette notification et entamer une conversation par commentaires interposés.

Autre point notable vis-à-vis de Foursquare, toujours basé sur la rencontre, vous pouvez voir les amis que vous avez en commun avec une personne proche de vous. Quelqu’un se marque à quelques pas de vous, vous pouvez voir s’il possède des amis communs aux vôtres.

* Monsieur Meetic n’est pas le seul à avoir investi dans le projet français, Jérémie Berrebi (Net2One, Zlio), Xavier Niel (fondateur et PDG d’Iliad) l’ont accompagné pour finalement injectés à eux trois près de 300 000 euros. Autant dire qu’au niveau soutien, com’ et marketing Plyce ne souffrira pas d’un déficit d’expérience et l’on peut miser sans crainte sur ce cheval de trois et ses compétences.

Un réseau de partage des bons plans

« Publiez vos histoires et participez à écrire l’Histoire des lieux. »

image promotionelle du réseau social Plyce

Le plus que Foursquare n’a pas, c’est la possibilité de commenter les publications de ses amis. Il s’agit ici d’un partage de tuyaux et de la bonne adresse. Avec un bon lot de contact vous aurez votre ville quadrillée en fonction des bons restos, bars et autres. Un catalogue d’excellence en somme. Cette fonctionnalité est porteuse d’avenir.

On peut imaginer comme il se fait aujourd’hui en réalité augmenté avec des applications comme culture-clic, de voir apparaître les lieux les mieux notés et les plus proches. C’est le type de données que l’on peut facilement cataloguer. Un système de vote sur une enseigne, une mise en réseaux et voilà les compétitions de services lancées.

Un mode de financement prometteur

Plyce compte sur la publicité mobile locale. Grâce à une inscription payante, annonceurs et commerçants pourront mettre en ligne leurs offres et promos sur leurs page profil. On peut d’or et déjà se méfier de ce type de publicité qui si elle présente de nombreux avantages autant pour le consommateur que pour la marque ne doit pas tomber dans l’invasion pure et simple. Il n’y a rien de plus irritable que d’être interrompu sans cesse par un pop publicitaire.

Martin Destagnol précise d’ailleurs en amont de toute polémique que « les lieux où vous vous géolocalisez ne seront visibles que par votre réseau d’amis. Les commerçants ne pourront voir les membres localisés à proximité. Ils ne pourront communiquer que sur leur propre wall ».

En résumé, ce que j’ai aimé sur Plyce :

Les points positifs:

  • Le guide de l’application en live. C’est la première fois que je voyais cela sur une application et ce n’est pas pour me déplaire.
  • L’application est française donc pas de problème de langage, même si certains termes sont moins plaisants dans notre langue chérie (je pense à capitaine au lieu de Mayor pour foursquare). Et puis Cocorico quoi !
  • L’interface sobre et élégante


Les points regrettables :

  • On reste quand même un peu seul niveau de la communauté. L’application démarre, et n’est disponible aujourd’hui que sur Iphone. Il faudra attendre le mois de mai pour la voir débarquer sur android et sur site web et par conséquent peut être espérer un apport conséquent.
  • Certaine fonctionnalité ne sont pas évidente à localiser (le comble)
  • La Géolocalisation n’est pas encore très précise. Il m’arrive d’être à plusieurs rue de l’endroit exacte ou je suis. Ce point est toutefois en train d’être améliorer m’as-t-on assuré dans un mail échangé avec les développeurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *