Le cercle vicieux de l’influenceur

Accrochez-vous, je vais essayer de coucher dans ce billet une impression qui m’est venue plusieurs fois à propos de personnalités du web et leurs communautés. Je pense qu’il y a une sorte de schéma qui se reproduit assez régulièrement chez nos amis influenceurs : un cercle vicieux de l’égo. Attention, comme je vais répéter le mot influenceur dans ce billet, je préfère préciser de quel type d’influenceur je vais parler. Partons sur cette définition :

Influenceur : inconnu notoire ayant accédé au statut du personnalité du web à force de persévérance et de talent et qui dispose désormais d’une (très) grande audience d’écoute.

Je vise les Norman, Cyprien, EnjoyPhoenix (lol), Squeezie, des gens de chez Golden Moustache, Baggel Studio et autres youtubeurs et youtubeuses. Les blogueurs bullshit et twittos adepte du mass follow ne sont pas concernés ici donc ;).

Je pense donc qu’un cercle vicieux se dessine avec le temps lorsqu’on suit un jeune talent devenu influenceur. Je m’explique.

Au commencement était le talent.

Au départ c’est une rencontre fortuite. On tombe sur une vidéo youtube avec quelques vues. Les types s’appellent Le Velcrou, Cyprien, il balancent face caméra des vannes dans lesquelles tu te reconnais. Le mec se film depuis sa chambre, c’est nouveau, c’est marrant, c’est jeune, c’est prometteur : tu likes. Il re post une autre vidéo, c’est encore drôle. Tu partages encore parce que le mec est bon, tout simplement. Tu aimes son contenu, sa personnalité, son originalité, il y’a une patte et quelque chose de nouveau. Kemar, Natoo, Hugo, Mister V, PV Nova, Squeezie, ils ont un truc à eux, un univers et ça tu encourages parce que c’est l’Internet cool que tu veux voir.

Appuis sur le bouton, c’est l’acmé

Tu likes, mais tu n’es pas le seul, le talent parle et ton petit gars du web commence à être connu, ça décolle pour lui. C’est top alors tu continues de liker. Il devient célèbre, tu es l’un des premiers à l’avoir supporté donc c’est génial. Tu continues de t’engager, tu le supportes, tu souhaites qu’il aille encore plus loin et dans un petit recoin de ton bulbe égocentrique tu te dis « Hé hé, n’empêche je le connais depuis le début ».HT_sam_griner_then_02_jef_150413_16x9_992

Sa Gloire, Ma gloire

C’est la troisième étape. Ton champion a complètement décollé, son audience est devenue folle, il peut tweeter qu’il fait caca tout le monde trouvera ça génial et le retweetera. Ton champion est hype et tu te dis que c’est un peu grâce à toi. La moindre prise de parole déclenche un torrent de commentaires, de likes et de partages. C’est là qu’intervient notre cercle vicieux. C’est à ce moment que tout bascule selon moi. Ce n’est plus le champion qui a besoin de ses fans mais les fans qui ont besoin du champion. Attention je vais théoriser un peu.
Si les gens commentent frénétiquement un Instagram de papier toilette, ou un statut de trois mots, ce n’est plus tout à fait pour soutenir le champion, c’est pour lui montrer qu’ils sont là. C’est pour montrer qu’ils font partis de la bande, de cette famille d’adorateurs. On like pour montrer à l’influenceur son pseudo et espérer conquérir le sacro-saint graal : UNE réponse. Un fav, une mention, un RT, N’IMPORTE QUOI pourvu qu’il me voit.
Pour vous imager de cette transition, disons que la communauté de followers ou de fan Facebook passe d’une salle de showcase assise, applaudissante et encourageante verre de bière à la main, à la queue hystérique, hurlante et lobotomisée d’un concert de Justin Bieber. Regardez donc les commentaires Facebook de nos youtubeurs/euses les plus en vogues du moment.

 

Le buzz et l’argent du buzz

Une fois ce basculement franchi, c’est l’heure d’en tirer profit. Et c’est ainsi que nos champions s’éloignent doucement de ce qui a fait leur renommée. Norman teste la publicité (CIC, Orange, Crunch), puis le cinéma auquel il préfèrera son vieux rêve de la scène. Enjoy Phoenix écrit un livre (PASSIONNANT d’ailleurs), lance une chaîne youtube incendiaire, Natoo y va aussi de son livre, ils font de la publicité, s’acoquine avec les marques.

C’est le moment idéal pour eux. Le cercle vicieux étant en place, ils peuvent faire à peu près n’importe quoi ça sera apprécié par l’immense base fan. Et si quelques uns tentent d’exprimer leur mécontentement, de râler sur la publicité, le changement de ton etc, ils seront rapidement bashé et absorbés par les fans boy. La stratégie communautaire de génie !

Voilà, ça se trouve tout ce billet est un ramassis de n’importe quoi, mais c’est ma théorie sur la vie. T’es pas d’accord un peu ?

2 réponses à “Le cercle vicieux de l’influenceur

  1. Excellent billet sur les soi-disant influenceurs du web! comme quoi l’argent peut tourner la tête même aux influenceurs les plus authentiques.

    J’aime beaucoup le style excentrique de ce blog!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *