espace de travail

Le problème des blogs publicitaires

Le problème avec les blogs de pub c’est qu’ils démarrent bien et qu’ils finissent mal.

C’est ce que je me suis dit il n’y a pas longtemps. Du coup je me suis aussi dit que j’allais le raconter ici calmement.

La naissance du blog pub

 Au début, Bébé Blog enchaîne les billets. Il commente les campagnes avec brio. Il est géré par des étudiants en marketing, communication et publicités. Le plus souvent ce sont même de bons élèves, curieux, intéressés par le secteur, ce qui s’y passe, ce qui évolue. Les articles sont plein de sentiments, d’analyses, on y lit pourquoi Bébé Blog aime ou non cette pub, c’est intéressant bordel ! Ces étudiants sont capables de gérer un blog, de communiquer pour lui, de l’alimenter tout en enchainant les beuveries et les travaux de groupes, mémoires et compagnie. RESPECT. Ils sont beaux, ils sont frais ces jeunes blogueurs, ils n’ont peur de rien. Ils font même tout pour se faire remarquer. Avec raison.

Super ironman computer
Bébé blogueur en action

Ils bloguent et rebloguent encore en faisant de splendides appels du pied aux marques qu’ils décortiquent. « Hey Oasis j’ai rédigé un article sur ta dernière pub, ça défruite à mort Big Up« *.
C’est beau cette jeunesse du blog pub parce que rien ne l’arrête.

Le jour de ma rentrée en hypokhâgne, le professeur de français nous expliquait le plaisir qu’il prenait à travailler avec des gamins tout juste sortis du bac ».

« Vous êtes encore tout frais, plein d’idéaux, de naïveté, d’optimisme et d’intégrité : vous êtes beaux ».

Bébé Blogueur est pareil.

L’adolescence du blog pub

Plus le jeune blogueur pub avance dans son cursus, plus il se rapproche de la fin (logique). La maturité des stages et l’échéance du marché du travail font qu’il se fait plus prudent. Il sélectionne ses sujets avec plus de soin et surtout il fait attention à ce qu’il dit. Il connait désormais parfaitement les agences dont il critique les campagnes. D’ailleurs il critique moins, il analyse. Plus question de démonter littéralement une campagne dans un billet assassin. Ça ne serait pas le moment de se faire mal voir par La-Grosse-Agence-Parisienne-qui-cherche-un-stagiaire. D’ailleurs il ne dit plus « je », il préfère le « on », c’est plus pro et surtout ça engage moins ses propos. « On aime l’idée et la réalisation », « On adore le jeu d’acteur ». Les publicités ne sont plus « nazes », c’est juste « qu’on aurait aimé comprendre un peu mieux l’intention originelle » et « on se demande si finalement l’insight de base ne méritait pas plus d’être précisé ».

L’âge adulte

Bébé Blog a bien grandi. Bébé Blogueur aussi. Il a trouvé un travail dans une belle agence. Le WordPress a pris du poil de la bête, et il est maintenant accompagné d’une puissante page Facebook, d’un gros compte Twitter et même de petites mains qui travaillent pour lui (des futurs Blogueurs Adultes). Depuis quelques temps Blogueur Adulte reçoit tous les colis influenceurs qui passent. Invitations, soirées, places de match, clés USB, nutrition, technologie, cinéma, voyage, textile, chaussures, brosses à chiottes, il reçoit tout ! Blogueur Adulte est rincé en objets publicitaires. On lui échange des colis contre des billets de blog. Les critiques publicitaires ? Il n’y en a plus. Il trouve tout génial maintenant.
Forcément, tu ne vas pas frimer sur Instagram avec ta montre série limitée inédite et dire que la campagne c’est de la merrrrrrrrrrde. Non, son seul moyen pour manifester un avis négatif envers une campagne c’est de ne pas la publier sur son blog. ÇA FAIT MAL HEIN !

Quoi ?! Il n'y a qu'une clé USB avec un CP. Corbeille direct !
Quoi ?! Il n’y a qu’une clé USB avec un CP. Corbeille direct !

Alors là on arrive un peu au point important du billet. Ce que je voulais dire après cette longue intro. C’est dommage de ne parler que des campagnes qui dégoulinent de cadeaux ou qu’on aime tout simplement. Pourquoi ? Parce que ça prive de débat tout le monde. On ne peut plus débattre de mauvaises campagnes sur les blogs, il n’y en a plus. Quoique j’ai vu un truc hier… Les créatifs et les agences qui sortent ces campagnes jugées mauvaises n’ont plus de droit de réponse. Le seul moyen de parler pub librement, c’est de se montrer à toutes les sauteries communicantes parisiennes. Et ça peu vite déraper à cause du champagne, entendons-nous.

Pas d’articles – Pas d’analyses – Pas de réponses.

Et le pire dans tout ça, c’est que les petits jeunes qui font leur culture publicitaire en lisant tous les Blogueurs Adultes ne vont plus savoir reconnaître une mauvaise campagne. Parce qu’il n’en auront jamais vue ! Ils n’auront jamais aiguisé leur sens critique publicitaire. En fait ce qui me dérange un peu c’est que Blogueur Adulte finit par ressembler à un gourou d’une secte prosélite sur l’optimisme en publicité.

« BRILLANTE SÉRIE DE PRINTS » « GÉNIE ! » « EXCELLENTE CAMPAGNE… » « MAGNIFIQUE FILM SUR… » « SUPERBE STUNT»  (non jdéconne pour celui-là).

Bon en même temps il faut le comprendre Blogueur Adulte. Bien sûr qu’il a critiqué des campagnes pub. C’était au début. Il a dit des trucs pas cool sur des agences, sur le message de la publicité.
L’agence n’a plus jamais renvoyé de communiqué. Ni de cadeaux. Ça c’est une Agence Adolescente en crise, mais c’est un autre billet.

Obiwan Kenobi the chosen one
Tu étais supposé être notre relais influenceur !

Alors je pose la question : est-ce qu’il vaut mieux ne parler que des bonnes publicités au risque parfois de glisser quand même des accidents publicitaires parce que « quand même, j’ai travaillé avec bidule, je lui dois bien un billet ». Ou peut-on de temps en temps émettre des avis un peu plus constructifs que « super c’est super ». Bien sûr il n’est pas question de démonter littéralement la publicité française, simplement d’être plus instructifs et intéressant pour tout le monde. Peut-être qu’on pourrait arrêter de lisser un peu tout ce qui passe. Peut-être qu’on pourrait sélectionner des publicités imparfaites et expliquer pourquoi elles le sont. Peut-être qu’on reviendra à une écriture web moins click-bait. Peut-être qu’en 2017-2018 la population des GÉNIES va s’effondrer au profit des TRÈS CRÉATIFS. Peut-être aussi que je ne lis pas les bons blogs pub. T’en penses quoi toi ?

 

*Article de 2011 sur les débuts d’Oasis inchangé depuis la date de publication. Tu as vu, c’est exactement ce ton enthousiaste et plein d’entrain qui caractérise le Bébé Blogueur. J’en étais un avant ;’) #NoFilter.

8 réponses à “Le problème des blogs publicitaires

  1. Bon sang, commencer comme ça… c’est juste déterrer un doigt et tu as tout un cadavre qui suit derrière.

    En vrai, les blogs publicitaires, ils ont plusieurs problèmes imho (enfin, pas tant les blogs, mais surtout leurs rédacteurs). Déjà, ils se sucent bien tous la b. Et je peux le comprendre totalement, le microcosme est petit, tout le monde se connaît, tout le monde se voit aux soirées…. et au final, tout le monde a le même avis.

    La pub a ce truc assez pervers qu’elle est un métier d’image que tu construis. Et ton blog, c’est aussi une image, une carte de visite. Au début, tu peux te planter, t’es plein de candeur, tu peux rentrer dans le lard de certaines marques, pouvoir proposer quelque chose de réellement différenciant. Mais plus tu grossis et/ou venu l’âge de raison/maturité, tout est chronométré, lisse, propre. Tu passes à une com presque corporate. Et c’est bien le problème. Les blogs, ils sont à l’image de la pub « mainstream » qu’on te présente aujourd’hui. Tu vends, tu essaies d’avoir un semblant d’impertinence histoire de t’assurer une reprise sur Il était une pub, Influencia et consorts, tu oublies la RSE, le message fair… et t’as fini ton job.

    Ensuite, tu as aussi cet autre soucis où certains vivent par ce prisme. C’est simple, ils sont tous les soirs en soirée influenceurs. Une légère impression que si une marque leur envoie pas un paquet de pâtes, ils mangeront pas le soir… Alors là forcément, on oublie tout esprit critique. Et c’est là l’esprit pervers aussi. Je sais que pour faire parler de soi, draguer le blogueur, tu l’invites ou tu offres quelque chose, la relation n’est plus du tout pareille. Quoiqu’en disent les blogueurs et les Youtubeurs qui affirme leur pseudo indépendance… (i.e. j’ai adoré cet article qui aborde un peu le sujet et loin de l’hypocrisie du milieu http://www.sogirlyblog.com/2016/04/blogueuse-pro/ ).

    Enfin avec les RS, qui prennent beaucoup plus d’importance, la pensée constructive a clairement pris du plomb dans l’aile. Les raisons qui font qu’un blog pub n’est plus constructif vont t’étonner. La première va te faire cliquer. (if you know what i mean).

    Parlons solutions, positif :

    Aujourd’hui, tu as de supers blogs, qui fouillent bien leurs sujets
    – AdsAndTrends ( =
    – le tien quand tu te remettras à bloguer plus d’une fois tous les 6 mois (haha gros clash sale)
    – Joe La Pompe ?

    … Mais pour avoir plus de critique constructive, la seule alternative que je vois aujourd’hui, c’est une sorte d’Acrimed pour la pub.

    Cependant, tu te heurteras au problème de financement des rédacteurs. Qui est prêt pour ça ? Selon moi, c’est la condition sine qua non pour une indépendance de la critique et du discours. A voir si la pubosphère est prête pour ça…

  2. merci Grégoire de me citer. C’est vrai que je suis peut-être une exception, mais j’emmerde les RP et je n’ai jamais touché un seul cadeau blogueur (si une fois une bouse de cheval offerte par le PMU mais je m’en serais passé). Est-ce que mon blog n’est jamais passé à l’âge adulte? En tout cas je paie le prix de l’indépendance par mon anonymat et je regrette qu’il n’y ait pas plus de blogueurs qui aient le courage de critiquer.

  3. Très bel article, qui reflète bien la situation actuelle des blogs publicitaires.

    Il est vrai que pour fonctionner ces blogs ont besoin de la publicité. Tout travail mérite salaire et un blog peut difficilement être géré de façon professionnelle sans financement extérieur.

    Les marques ne font pas d’achat média directement sur le blog et c’est tant mieux ! Ces derniers passent par l’intermédiaire de régies publicitaires comme AdSense qui dispose d’un grand nombre d’annonceurs. Les agences doivent donc trouver une autre méthode afin d’exercer une pression sur les influenceurs.

    Les blogueurs sont bien souvent chouchoutés par les marques et dès que ces derniers s’écartent des rangs, ils sont tout simplement privés de communiqués de presse, de goodies et tout ce qui va avec… Cela les privent non seulement d’un petit plaisir mais surtout de ressources (images, produits, explications, contexte…) nécessaire à la rédaction d’un article. Jean-Baptiste Delame, Fondateur de « Il était une pub » s’est d’ailleurs déjà plaint à ce sujet sur son compte Twitter perso :

    « J’ai publié 2 fois sur des campagnes de DDB que je n’ai pas aimé et on me prive de CP. La tristesse de cette agence. » https://twitter.com/I_am_un_chat/status/702809577440616448

    De plus et par faute de temps, ou par flemmardise, certains blogueurs se contentent de publier le communiqué de presse à la lettre près. C’est simple et rapide, mais le lecteur s’y retrouve t-il au final à lire quelque chose qui a été écrit par la marque et qui n’offre pas une vision objective sur l’opération ? Je ne pense pas.

    Les agences de publicité veillent à la réputation des marques en ligne mais aussi aux retombées de chacune de leur opération. Alors c’est sûr que ce n’est pas toujours très agréable d’avoir un billet de blog qui ne tire pas un portrait élogieux d’une campagne mais c’est le jeu ma pauvre Lucette !

    Selon moi les blogs gagneraient à décortiquer d’avantage les campagnes quitte à publier moins d’articles chaque jour et voilà qu’on retombe sur le questionnement de la rentabilité…

  4. Merci pour ce point de vue, que je partage

    En plus des points évoqués, je pense que la valeur ajoutée des contenus partagés sur ces blogs est discutable : des campagnes (qui ont un goût de réchauffé) piquées sur des blogs ou des newslettets anglo-saxons parus quelques jours auparavant, et surtout les mêmes contenus qui trainnent sur tous ces blogs, on frôle l’overdose

    Excellente soirée

      1. Bah au début on a des articles sincères « ça c’est de la merde » et après on a que des articles « ça c’est génial achetez-le ». Des blogeuses m’ont sorti : faut bien qu’on mange. Perso, depuis que j’ai repris le boulot, j’ai changé ma « ligne éditoriale ». Voilà voilou… Bref la pub, les bébés = on dirait pas mais même combat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *