pointcarre

Instagram ouvre ses formats et c’est mal.

[POINT CARRÉ ON*]

Cher Instagram, Cher Facebook, Cher Mark,

Qu’as-tu donc fait ? Tu viens d’ouvrir le robinet du n’importe quoi. Le chaos s’apprête à se déverser en d’immenses flots de photos anarchiques, rangées n’importe comment, prises n’importe comment, sans aucun souci esthétique ou composition. Instagram, tu viens de scier la branche sur laquelle ton petit derrière photogénique était assis.
L’exclusivité du format carré c’était beau. C’était réfléchir au format en prenant la photo. Soigner sa composition, cadrer les éléments en fonction du plan. Le carré c’était parfait. Même les constructeurs de téléphone se sont mis à proposer le format carré dans l’appareil photo. On a vu se développer des centaines de photos carrés sur Facebook, c’était ta marque de fabrique, ton identité, ton ADN Instagram ! Avant les filtres et les hashtags. C’est ce FORMAT carré qui a relancé tous ces gens sur les polaroids et autres vieilleries.

Le format carré c’était aussi jouer avec l’interface de ton application. Comme toujours, qui dit contrainte, dit créativité. Il n’y a de contraintes que pour les détourner.

Regarde ce que faisait Micahnotfound de ton interface. Une frise infini sur l’actualité de la pop culture délicieusement découpée en carré. Splendeur et stupéfaction.

Micahnotfound

 

Regarde ce que Orghanic fait de tes carrés. De somptueux polyptyques contrastés en noir et blanc. Et la magie de ce compte c’est que malgré ton format carré, on entraperçoit plein d’autres formes dans cette timeline.

 

 

orhganic
orhganic

 

On faisait même des frises chronologique avec ta timeline carré Instagram.

Alors Instagram, je comprends que face à la pression de toutes ces photos d’assiettes remplies de nourritures, tous ces selfies mal cadrés à la perche, tous ces horribles pieds face à la mer, toutes ces pintes de bières, ces cocktails et ces verres de vins rouges posés sur la table apéritive sous-exposée, je comprends que tu aies craqué. Il fallait que tu permettent à tout un chacun de poster ses merveilles chez toi. LIBÉRÉ – DÉLIVRÉ le format rectangulaire. Voici venu les photographes professionels et leur 5D Mark II qui viendront uploader chez toi des photos retouchées à l’infini.
Tu sais Instagram, l’autre magie de ton réseau c’est le mobile. La satisfaction d’avoir réalisé une jolie photo à l’aide de son simple smartphone (et d’une appli ou deux). La joie d’avoir réussi un cadrage, capté un moment parce qu’on avait son téléphone sous la main.
Je ne sais plus qui a dit

« Le meilleur appareil, c’est celui qu’on a toujours avec soi. »

C’est toi ça Instagram. Enfin c’était toi. En ouvrant les formats, tu vas laisser s’engouffrer un nouveau monde de photos retouchées. Des professionnels de l’image qui ne se serviront de toi que pour déverser leurs images déjà traitées. Et là, Mark je m’adresse à toi qui insère des petites pub de plus en plus sur le réseau. Si les gens passent moins de temps sur ton appli, ils ne les verront plus tes pubs.
Bon, je te l’avoue Instagram, je m’emballe un peu. En vrai de vrai, à l’utilisation, ça ne change pas grand chose. Le flux de la timeline n’est pas perturbé à la lecture. C’est juste une question de principe.

C’est juste que je suis triste de voir disparaître la contrainte qui faisait la spécificité du réseau et qui en faisait sa force créatrice. Tu m’as fait prendre le réflexe (haha) de ne plus prendre que des photos carrés et de réfléchir en carré.
Déjà qu’on ne réfléchit plus en prenant des photos, je me dis qu’avec la fin de cette contrainte, on soignera encore moins tous ces petits détails qui font une jolie photo et c’est bien dommage. La photo mobile c’est génial, le numérique encore plus extra, mais tu ne vas nous aider à relever le niveau. C’est tout.

 

 

Au fond, quelle différence réelle entre cette photo et son homologue carrée ? Pas grand chose dans le résultat. Tout se passe dans la façon de l’imaginer…

Beeeeeeh une photo rectangle !

Une photo publiée par @centelm le

  À vous les spécialistes.  

Le jeune homme et la mer. Une photo publiée par @centelm le

C’est tout, c’était mon avis, maintenant vous pouvez donner le votre en commentaire si vous le souhaitez.

[POINT CARRÉ OFF]

*Merci à Donatien pour la vanne de cover.

2 réponses à “Instagram ouvre ses formats et c’est mal.

  1. j’hésitais et puis tant pis …

    Cher Clément, j’ai lu avec attention ton article. Et je ne peux te donner raison.
    Ca fait plus d’un mois que je réfléchis à la question quand je vois certains instagramers sur leurs photos, abandonner totalement l’aspect carré pour arriver à celui rectangle d’aujourd’hui.

    Je crois clairement que le carré a vécu. Tout ça n’était qu’une mode, un retour aux sources que certains ont vécu comme une nouvelle cure de jouvence… alors que ce n’était qu’une crème anti-rides.

    L’exclusivité du format carré était une bonne chose, mais n’était pas parfaite, loin de là, puisqu’elle a poussé vers d’autres sentiers, via des apps qui permettait de rajouter plein d’effets et autres. Elle ne se suffisait pas à elle seule.

    En ouvrant à tout le monde ce nouveau format, d’une part, on arrive à cette nouvelle mode du format rectangle qui rappelle nos photos imprimées en 15×10 (souviens-toi la crème anti rides). Et on continue à favoriser la créativité, c’est aussi ça non le but ? Et de toute façon, le format carré ne disparait pas (fin du débat ? non).

    D’autres part, combien de créas utilisaient leurs pages Instagram pour réaliser de vraies belles fresques ? Peu au regard de la masse d’utilisateurs que comprend aujourd’hui la plateforme. Quand à l’utilisation du 5D pour faire de jolies photos, on a rien attendu, l’iPhone fait tout aussi bien les choses.

    Donc pour résumer : rien est perdu, tout se créé, tout se transforme 🙂

    En réalité, la vraie question à se poser, c’est à mon sens : pourquoi re-créer, réutiliser des formats d’antan alors que la technlogie nous permet plus encore de magnifier l’image ? de la rendre plus belle encore ? Pas forcément à l’aide de filtres, de retourches ? Pourquoi toujours essayer de vivre avec ces choses du passé (si réconfortantes, je le conçois) au lieu de créer une identité, une culture, un discours qui soit le nôtre ? Que retiendra-t-on de ce flot d’images carrées dans 10/20/30 ans ?

    … bon, je vais pas publier ça…. je crois que c’est fouilli…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *