l'ours de Canal +

Pourquoi l’ours de Canal+ nous plait-il tant ?

C’est une des vidéos françaises qui tourne le plus en ce moment, la dernière publicité de Canal + réalisée par l’agence BETC Euro RSCG ! Une réalisation qui fait l’unanimité et cela en raison de plusieurs qualités :

Tout est une question de rythme

Il faut d’abord reconnaitre à la création de BETC Euro RSCG une excellente qualité rythmique pour ce mini film publicitaire qui se découpe en réalité en 3 parties de 20 secondes.

Tout commence donc par 20 secondes d’introduction. Le spectateur est plongé dans une scène de combat médiéval. Explosions, flammes, fracas des lames, musique, tous les codes du cinéma sont réunis pour souffler au spectateur qu’il se trouve au beau milieu d’une production épique ! Et c’est au moment où la tension atteint son comble, au moment même où l’héroïne-qui s’est déjà débarrassée de trois adversaires-plonge dans un accéléré/ralenti sa pique dans le torse d’un personnage que l’on stoppe littéralement l’action !  Coupé !

Nous appellerons ça le PAF n°1 !

PAF n°1 : c’est vous spectateur qui êtes éjecté de cet univers, ou plutôt mis de côté. C’est avec justesse que BETC vous déplace simplement à côté de ce que vous venez de voir. Comme un élargissement du plan, le rythme qui avait atteint son apogée redémarre de plus belle avec un nouvel univers parfaitement imbriqué dans l’autre : la production du film. C’est logique et bien réalisé. Les techniciens apparaissent tous en même temps après le top du technicien, puis vient le personnage principal, le noeud de ce spot: l’ours.

PAF n°2: Le spot renaît de lui-même, une petite musique entraînante vient souligner la bonne humeur de l’ours et dédramatiser la scène précédente, bref, la narration démarre. Pendant 20 secondes encore, l’ours vous emmène dans son univers, il déambule dans les décors en expliquant ce qu’il fait et pourquoi il aime le faire. Le rythme se réinstalle tranquillement jusqu’au prochain point d’orgue. C’est la scène culte du spot, le célèbre « I don’t give a shit » qui parodie les coups de gueule des réalisateurs de cinéma. C’est le PAF n°2 qui joue sur le comique, l’humour, une manière de marquer les esprits, de recréer de l’attention sur le spot qui commence à s’allonger mais aussi une manière de marquer les mémoires. C’est tout à fait le genre de répliques qu’on peut avoir en délirant avec ses amis. C’est d’ailleurs pour cela que le commentaire le plus liké de la vidéo est cette citation…

PAF n°3 : après le sursaut du “I don’t give a shit” la narration peut reprendre un peu vers la conclusion qui est encore une fois très bien amenée. Plusieurs éléments récurrents de la publicité sont présents pour synthétiser tout ce que le spectateur vient de voir. La répétition du terme “explosion”, le retour du technicien à la casquette, le retour de la musique et enfin du film en lui même, tout est prêt pour le turn over final ! C’est le PAF n°3 : La révélation !

Mais au fond pourquoi on l’aime cet ours ?

L’ours est un personnage qui ne laisse pas indifférent. De l’imaginaire infantile à celui du publicitaire on a toujours vu l’ours à la télé. Dans les dessins animés, dans des émissions Tv comme Bonne nuit les petits ou encore récemment dans plusieurs publicités, Tip-ex et Orangina en tête. Quoiqu’on puisse en dire l’ours a très souvent l’air d’un bon ami avec qui on a envie de passer un bon moment.

Dans le cadre de ce spot, l’ours est intéressant par plusieurs aspects. Mais nous avons à faire à un ours français qui s’efforce pour des raisons professionnelles de parler anglais, et donc avec un accent français amusant. Le procédé est drôle, on s’identifie forcément à l’animal tout en se demandant ce qui cloche chez lui ! Comme Edgar dans Man in Black, notre ami l’ours semble avoir un peu la peau qui flotte.

Et comme ça c'est mieux ?!
Et comme ça c’est mieux ?!

C’est sur cette interrogation lancinante et de second plan que tout le spot se base. La force de l’agence BETC Paris est de nous faire regarder le spot, avec cette interrogation en suspend, mais sans jamais nous laisser le temps de la formuler et donc d’y réfléchir. C’est là tout le génie de cette révélation qui forme la question et y répond dans un seul temps.

ULTIME PAF le temps que vous vous rendiez compte de tout cela, Canal + insère l’accroche blanche sur fond noir et se dévoile. Une excellente publicité qui respecte parfaitement le codes des genres et qui recèle de petits détails croustillants si vous vous y attardez. Vous aviez entendu le whilelm scream à 9 secondes ? C’est un joli clin d’oeil !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *