John Lewis : la publicité de Noël 2019 (Et toutes les autres)

Il y a deux choses que j’attends à Noël : l’arrivée des catalogues de jouets et la publicité de John Lewis. Les deux sont enfin arrivés.
Les publicités de Noël de John Lewis sont une référence en matière de story telling et de production. C’est rarement raté et parfois même, ça frôle la perfection. Une réalisation magique à l’américaine, une musique tire-larme toujours bien trouvée et un casting overcute chaque année.

Chaque année je mets à jour cet article avec la nouvelle publicité de Noël, histoire de les avoir toutes au même endroit et de pouvoir comparer les productions au fil des ans.

2019 Excitable Edgar, le conte féerique.

Cette année il s’agit d’un petit dragon qui a du mal à retenir toutes ses émotions. Alors c’est ultra bien fait, mais ça ne m’a pas vraiment embarqué. Ils nous ont malheureusement déjà fait de nombreuse fois le coup  du compagnon un peu imaginaire avec Moz The Monster en 2017 et Monty the Pinguin en 2014 que vous retrouverez plus bas. Ça fait un poil réchauffé (sans mauvais jeu de mot) ce dragon du coup. Et créativement, bon je deviens peut-être un vieux con aussi, mais l’histoire du petit-être qui rentre pas dans le moule parce qu’il n’est pas adapté et fait plein de bêtise… Ben on l’a déjà vu.

 


2018, The boy and the piano avec Elton John.

Un cru sympathique, mais moins émotionnel que les années précédentes.

2017, Moz The Monster.
Encore une sacrée musique pour accompagner ce conte de Noël qui parle du fameux monstre qui se planque sous le lit.

2016, Buster the Boxer.
Une tournure un peu WTF, mais complètement magique qui change un peu des autres années. Drôle, mais sans doute moins tire-larme que les autres années.

2015, Man on the moon.
Poésie absolue pour cette année là.

2014, Monty the pinguin.
Un bijou de story-telling, celui-ci est dans mon top 3.

2013, The Beat and the Hare.
Seul film de Noël en animation, un choix qui perturbe un peu au début, mais l’histoire reste jolie.

2012, The Journey.
Sacré voyage pour ce bonhomme de neige.

2011, The Long Wait.
Mon top 1 depuis toutes ces années. La musique, le casting de l’enfant, ses moues, l’insight de l’attente qui est twisté à la fin. Du grand art.

2010

Et vous, vous avez une préférence ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *